Les parcelles de terrain : le Graal du promoteur immobilier

par

Les parcelles de terrain : le Graal du promoteur immobilier

De nouveaux immeubles, bien placés, le tout à des prix compétitifs, voilà les ingrédients d’un marché immobilier où la priorité de tout promoteur immobilier digne de ce nom est d’acquérir des parcelles de terrain bien placées dans le souci de vendre leurs biens immobiliers dans des délais relativement courts et à des prix attractifs pour leurs clients de grâce à l’effet d’échelle, au vu de la taille des projets développés.

Rappelons que le promoteur immobilier a pour but de réaliser un projet immobilier et de le construire a risque sur un terrain en vue de revendre l’immeuble à un voire plusieurs acquéreurs. Un exemple qui illustre typiquement la démarche est l’immeuble à appartements.

 

Un prix moyen de 73€/m2 en Wallonie

Le prix des terrains s’est envolé depuis 15 bonnes années. Les terrains à bâtir situés en Wallonie ont été vendus à un prix qui n’a fait que croître pour passer de 42€/m2 en 2000 à 150€/m2 en 2014. Parallèlement à ce phénomène, le nombre de ventes de terrains a fortement diminué. Avec l’importante augmentation de nouvelles constructions d’immeubles à appartements, c’est le nombre de ventes d’appartements qui a fortement augmenté entre les années 2000 et 2010.

Le prix moyen d’un terrain constructible situé en Wallonie s’élève à 73€ le m2. Là où en Flandre il est trois fois plus élevé et il peut atteindre jusqu’à 7 fois le prix wallon en région bruxelloise.

 

Les facteurs qui influent sur le prix du terrain à bâtir

L’accessibilité du terrain en termes de situation par rapport au lieu du travail, etc. constitue un paramètre majeur. Tous les spécialistes du secteur s’accordent pour confirmer que les temps de déplacements, que ce soit en transports publics ou en voiture, influent directement sur les prix de l’immobilier.

Les revenus des familles ont un impact sur le prix des parcelles de terrains. Raison pour laquelle les prix sont nettement moins élevés en Wallonie comparé à la Flandre.

Ensuite viennent des critères déterminants tels que la taille du terrain, son orientation et sa constructibilité. Les parcelles qui s’étendent entre 100 et 299 m2 sont les plus chères avec un prix moyen de 253 € le m2. Pour des parcelles qui oscillent entre 300 et 600 m2, le prix au m2 est de 207 € et pour des terrains dont la superficie est comprise entre 600 et 999 m2, il faut compter 165 euros. Pour les très grands terrains, de plus de 1.500 m2, le prix au m2 passe sous la barre des 100 euros. Les parcelles de moins de 100 m2 se vendent à 134 euros.

La constructibilité est le 3e critère fondamental. L’usage que l’on peut faire d’un terrain déterminera son prix. Il suffit de prendre pour exemple l’écart de prix qui existe entre un terrain agricole et un terrain à bâtir. Ou encore, celui qui peut exister entre un terrain où peut être bâtie une tour d’habitations et un terrain pouvant accueillir une maison unifamiliale.

 


 Retour